Laborieuse recherche du moins pire que Kabila en RDC

Pendant que Zacharie Bababaswe affiche son Mobutisme occasionnel, le pays entier se résigne à trouver moins pire à sa tête. 

Au commencement, un rêve d’autonomie. Nous désirions simplement être libres, sans jamais savoir ce que ce sombre mot, venu tout droit de l’occident dans les années 1960, voulait réellement dire. Et lorsque la Belgique décide d’orchestrer une comédie appelée “indépendance”, un homme s’auto-choisi : Joseph Mobutu, le moins pire d’entre eux tous. Un homme qui traînait par-ci et par là, dans le dos de Patrice Lumumba, qui lui-même n’était aussi brillant, à en croire les Belges et Moïse Tshombe.

Trente-deux-ans après, de l’Est du pays, d’une âme occidentale et d’un corps rwandais, surgi un autre moins pire : l’AFDL. Broyés par un régime sanguinaire et dictatorial, nous n’avions que hâte d’en finir avec Mobutu. Le pire, le gouffre. On ne pouvait pas descendre plus bas. Oui, “plus pire que Mobutu” n’existait alors pas. Du coup, un vieux maquisard à la tête d’une rébellion qu’il n’aura jamais dirigé, dénué de toute réalité et de vision étatique, pouvait devenir un héros national. Avançons, que Mobutu parte d’abord, on méditera après.

En l’espace de trois ans, Mobutu est congédié en enfer, on y met terme à sa monarchie et livra les clés au fils de notre libérateur. Tout un pays, toute une nation arrête ainsi de réfléchir. Se repose. Nous étions enfin libres. Si libres que, le jour de prestation de serment de notre jeune et nouveau Président, personne ne se rendra compte que ce dernier est alors intronisé dans un pays gardé par des troupes étrangères.

Un général-Major à la tête du pays. Il devient civil-Président, puis Raïs ! Démocrate, dictateur ou pas, selon que l’on soit ou ne soit plus avec lui.  Dans une succession non sans rappeler la naissance et l’apogée du Mobutisme. En seize ans de règne, le nouveau Raïs réveille son peuple sommeillant. A coup de répressions et électrochocs qui mettent lumière à une vérité inouïe: pire que Mobutu existait en fait, ou pas.

Le rire est le premier pas vers la libération. On commence par rire. On rit donc on se libère. On se libère donc on peut combattre“, disait un homme sage. Alors on va rire. Vuemba, député congolais, Katumbiste, pose devant la tombe de Mobutu au Maroc et nous renseigne que Joseph Kabila doit à présent partir. Pire que le président congolais n’existe pas. Mobutu, semble-t-il, n’aura jamais atteint ce niveau. Comme lui, toute une nation reprend à l’unisson le refrain.

Un ventre étourdi n’a point d’oreille. Un peuple opprimé non plus. On ne voit pas plus loin que sa soif de liberté. Sans toujours savoir ce que « être réellement libre » voulait dire. Est-ce changer de maître? S’affranchir du pire pour le moins mauvais qui le deviendra?

La recherche du moins pire, du moins mauvais. Aujourd’hui le peuple doit choisir, une fois de plus, entre moins pires.  Laurent-Désiré Kabila que le Rwanda est allé extirper de son trafic d’or pour congoliser son agression,  a servi de  modèle pour la liberté, tout comme Mobutu Sese Seko, que tous sanctifions ce jour, oubliant que l’homme gambade des mains rouges du sang du héros de notre indépendance. Ainsi, Étienne Tshisekedi, qui aurait pu entrer dans l’ordre des héros nationaux comme un certain John Numbi,  est l’un des trois hommes qui signa l’acte de création du Mouvement Populaire de Révolution (MPR).

Dès lors, le choix devient moins compliqué. D’un côté, le fils de Tshisekedi, Félix-Antoine du même nom. Un homme qui aura eu le culot de conditionner les funérailles de son paternel à sa nomination à la Primature, est tout aussi un moins pire. Il y a Moïse Katumbi. Un homme qui a vendu Kabila aux Katangais pendant presqu’une décennie, tout en faisant fortune, et qui prétend aujourd’hui que le régime a toujours été dictatorial, est un moins pire! A ses côtés, Sindika Dokolo, marié à la fille d’un dictateur qui spolie son peuple, l’est aussi; tout en laissant croire que cette proximité avec le pouvoir ne devrait être nuisible qu’au Congo. Pendant ce temps, certains diront qu’il y a tout aussi Vital Kamerhe, avant que Joseph Olenghankoy ne vienne affirmer qu’il est l’héritier légitime d’Étienne Tshisekedi.

Certes, Kabila doit partir, il n’est plus un moins pire. On ne l’est pas en s’enrichissant dans le dos du peuple, en transformant tout un pays en un système politico-militaire qui ne se bat que pour la survie d’un homme et de son pouvoir. Non. On n’est pas moins pire en fermant les yeux sur la mort de milliers de congolais.

Voyez-vous, ce peuple n’est pas si compliqué. On ne demande pas la lune à nos dirigeants. On octroie la permission de retourner sa veste. Olivier Kamitatu sait de quoi je parle. Le Congo ne demande pas un ange à sa tête. Un homme qui a trempé dans l’opprobre et qui choisit de se reconvertir lui suffit. Même Joseph Kabila, s’il avait alors annoncé son départ l’année dernière, s’il avait organisé les élections en novembre 2016, il serait, comme l’a soutenu Moïse Katumbi, bon président, notre héros. La République du moins pire: c’est nous.

Litsani Choukran,
Le Fondé.

 

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît,.

17 Commentaires

Cliquez-ici pour commenter

  • Pas mal ta reflexion; je dirai le mal pour le congolais, c’est aussi tout celui qui lui prive sa liberté, son sociale et son bonheur

    • @Michael,

      Importante correction s’impose: Le president actuel est non seulement tres mauvais, donc incompetent notoire (Quid de ses “5 Sentiers” sans suite..?), mais aussi un sanguinaire (va demander cela aux Kasaiens et autres victimes de son bourreau Kalev Mutond et ses tueurs BanaMura pour mieux t’informer).

      Tu as partiellement raison en insinuant que son entourage renforce ses instincts d’un criminel.

  • Les grands responsables du marasme actuel en RDC sont avant tout les jouisseurs kanambistes de la bande PPRD-MP, leurs allies (faux Lumumbistes) du PALU, et le ramassis d’ex-Mobustistes se battant jour et nuit pour perenniser un systeme predateur (pire qu’au temps MPR Parti-Etat) au profit d’un vulgaire ex-chauffeur, tueur et voleur venu de Dar-es-Salaam, enrichi illicitement et crachant sur notre Constitution.

    Ce criminel illegitimement au sommet (et donc une Honte Nationale) depuis 16 ans ne durerait pas un jour de plus si ces traitres et opportunistes avaient eu un minimum de decence patriotique.

  • Très belle réflexion, bien qu’au finish l’histoire se répété à plusieurs reprises dans ce pays, il sera inconscient de prétendre le contraire, mais Ah oui il y a un mais, le contexte sont différents, il suffisait d’une déclaration pour que KABILA soit un héros de ce pays, ” il y aura des élections et je ne suis pas candidat” même aux jours d’aujourd’hui, les congolais, la communauté internationale attende rien que cette déclaration qui pouvait changer l’histoire . Mais à la place, nous avons écouter dialogue, après dialogue et maintenant mesures sécuritaires, il suffisait de faire un choix, respecter l’accord de la CENCO dans son entièreté . Mais encore mais, un mouvais séparer pour mieux régner. La finalité ce sont des choix d’un homme qui hantent tout un pays, comme vous l’avez et KATUMBI la dit , il suffisait de respecter la constitution.

  • Il est triste de constaté que certain pour se faire une place à la lumière, se sent forcé d’user des incongruités qu’il ne peut affirmer ni confirmer; l’UDPS est le partis politique qui détient la clé de la réussite personnel, il ne suffit que de s’attaquer à un de leader pour se faire connaitre et prouver aux yeux de tous son franc parler et son esprit libre et indépendant…

  • Tes propos et ton analyse est purement scientifique mais malheureusement, peu sont ceux qui ont compris ce que tu voulais dire de par les commentaires ci – dessous. Le congolais ne reflechit pas assez, il demande souvent une chose et son contraire, il pretend connaitre pendant qu’il ne cherche pas à connaitre, il pose des critiques négatives ou positives là où il n’a aucune information, il croit avoir sa propre vérité. Le mal est généralisé. Moi étant informaticien j’ai une chose très importante, avant de changer un système d’information, on doit étudier en profondeur le système existant, relever les côtés positifs et négatifs et puis proposer un système fiable pour apporter quelque de positif. Mais quand on dit changeons ce système sans pour autant relever les aspects positifs et négatifs, et proposer un autre système, voilà ou nous en sommes, le même cas, Kasa – Vubu et Mubutu, Mobutu et Kabila, Kabila et le Fils, et aujourd’hui nous tirons toujours pas la leçon.

    • Erick tu a totalement raison parce que tes observations sont basés sur les faits et non les oui dire; Congolais notre problème se situe au niveau du fanatisme sentimental, les leaders sont choisis ou soutenu selon leurs origines et leurs générosités…toute personne qui se présente avec l’ambition de changer le système en profondeur est attaqué de tout part, ses gestes et mouvements sont auscultés à la loupe et interprété négativement.
      Le développement de la RDC passe par un changement profonde de la mentalité

  • Je n’ai pas aimé !
    Abstenons-nous peut-être des spéculations masochistes et confusionnistes : la “liberté”, l'”indépendance'” n’appartiennent ni au Nord, au Sud, à l’Ouest, à l’Est, au Centre, ni à la gauche ni à la droite, c’est une valeur de toute l’humanité, c’est une cause si capitale pour l’homme qu’elle provoque, qu’elle a provoqué chez nous des reniements, des passions et des conflits parfois sanglants…
    Gardons-nous parfois des caricatures qui dénaturent les valeurs humaines qui devront toujours nous guider de peur de sombrer longtemps dans la bestialité barbare homicide…

    L’homme providentiel arrive parfois exceptionnellement au sein d’un pays, la règle est néanmoins que ce soient les combats collectifs laborieux et souvent violents qui décident du meilleur destin d’un peuple !
    Après Mobutu, LDK, “JK’ pires qu’eux, c’est le risque naturel de l’histoire d’un pays, pour le minorer il importe de toujours tirer les leçons des expériences antérieures, c’est plus difficile à faire mais c’est possible même pour ce peuple Congolais qui connait davantage des malheurs que des bonheurs…

    • Cher compatriote, tes commentaires et reflections sur ce site Politico sont parmi les meilleurs que je lis.

      Loin des repliques sentimentales ou partisanes de certains ci-dessus et si-dessous, tu vas tout droit au fond du marasme actuel en RDC et ses vraies causes.

      Ton dernier paragraphe resume tout sur ces causes, et nous exhorte tous a tirer encore une fois de lecons de notre histoire (inclu des catastrophes de la Kabilie LDK & JK, et du Mobutisme) afin d’eviter que cette triste histoire se repete comme fut le cas post-AFDL.

      Neanmoins, le debut de notre “Catharsis Collectif” exige une “Tabula Rasa” du regime illegitime, illegal, predateur, et sanguinaire qu’incarnent Jo Kabila et sa bande PPRD-MP-PALU et ses allies ex-Mobustistes dont les Thambwe, Lumanu et Mende, et de faux opposants dont les Tshibala, Olengankoy et Lisanga.

      • Compatriote Yangambi,
        Merci pour vos compliments, encore puissé-je les mériter… Passons…
        Sinon, rassurez-vous, je ne suis pas celui qui accepterait qu’on fasse quelques cadeaux gratuits aux coupables : d’accord donc avec plus qu’une “catharsis collective” (dans la mesure où elle est d’abord un remède qui quelque part annule, sublime le mal dont on a souffert) qui leur est quelque part interdite par l’autocratie qui réprime les manifestations de son refus, je veux tout à fait que les Congolais mènent des actions ‘punitives’ contre leurs bourreaux !
        Bien sûr pour moi à ce stade ces derniers comprennent toute notre classe politique médiocre toutes tendances comprises même si le pouvoir en place qui non seulement est censé conduire directement le pays mais aussi le premier coupable doit être le premier à subir les sanctions sans ménagement !

        Le hic est que jusque-là nous n’avons pas encore trouvé les moyens de le bouter dehors. C’est là où je milite pour la première arme à notre portée : la large union de tous ceux qui sont opposés à ‘JK’ et son camp dans une unité d’actions courageuse… Bannir toutes leurs divisions autour de leurs hommes et de leurs chapelles pour privilégier un combat autour de la seule cause qui vaille ; le changement, l’alternance démocratique qui seule peut ouvrir au pays de nouveaux espoirs.
        De dedans et de dehors, des politiques aux mouvements citoyens, avec les Tshilombo, Katumbi, Dokolo, Mukwege et beaucoup d’autres… nous sommes capables de créer une mobilisation populaire massive comme au Togo qui bouscule significativement et mieux ‘dégage’ cette dictature… A nous d’en être conscients, de nous unir et d’agir, c’est possible….

  • Bien dit Erick pour ton analyse. “On ne se lasse pas de changer des institutions, ne pouvant changer les hommes” Lucien Arreat. Le problème de la RDCongo ne pas Mobutu, Kabila Père et Fils le problème c’est l’homme RDCongolais et sa perception des mots comme: la politique, le pouvoir, la démocratie, l’indépendance, la liberté, l’Etat, la nation, l’alternance etc…L’incapacité dont a fait montre notre élite à intérioriser et comprendre ces mots clés et à la base des différents déboire que connait la RDCongo (dictature, guerre, pillage, massacre, pauvreté, débauchage, népotisme, tribalisme etc…). On mettra qui on voudra sans pour autant maitriser les fondamentaux que j’ai énuméré plus haut on reviendra toujours à la case de départ càd le CHAOS. “Sans changer d’habitudes, on ne peut pas changer de vie” .

  • C’est l’homme Congolais qu’il faudrait changer.
    A l’état actuel des choses, même si un ange du ciel descendait et qu’il devenait président, rien ne marchera.
    D’accord, nous qui sommes au pays ( dirigeants et opposants),ca ne va pas…Et les Congolais de l’étranger?? La colonie Congolaise a mauvaise réputation partout..Dans ces pays, ce sont des démocrates qui dirigent ( France, Belgique… j’en passe). Bref, le pays marchera quand le Congolais aura changé sa facon de penser, de se comporter…sa manière d’être. En ce moment alors, même un chauffeur pourra nous diriger ( enfin, une facon de parler).
    Litsani, tu as bien présenté les Congolais: qu’il parte et nous mettrons même une mouche; pourvu que lui parte. Est-ce vraiment la solution????? On a pensé la même chose avec Mobutu et où sommes-nous???
    La communauté internationale sur qui nous voulons nous appuyer est très hypocrite. Voilà que tous venait d’élire Kagame comme meilleur président du continent ( tous les présidents Africains ou presque ont dit oui). Un dictateur être meilleur????? On le remercie même d’avoir révolutionné l’ITECH, en d’autres mots pour le Coltan. Et pourtant, tout le monde sait que c’est volé au Congo!!!!
    Congolais, aimons nous les uns, les autres. Construisons notre pays nous-mêmes. Nous n’avons pas d’amis au monde.
    Merci.


Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :