Pour des raisons d’honneur et de dignité”, dit-il, Jean-Claude Masangu décide “de retrouver sa liberté”. Dans un communiqué rendu public tard dans la soirée, le désormais ancien président de l’Union pour le développement du Congo (UDCO), parti politique de la Majorité présidentielle hérité de défunt Banza Makalay vient de démissionner.

Afin de mettre définitivement fin aux divisions ainsi qu’aux déchirements internes entre camarades et de faciliter une réconciliation sincère et durable entre les différentes factions mais aussi et surtout de sauvegarder l’unité du parti, j’ai décidé de vous présenter ma démission à dater de ce jour”, précise-t-il dans ce communiqué.

Suite au décès de Banza Mukalayi Nsungu, j’avais accepté d’honorer la mémoire de l’illustre disparu en acceptant la présidence de l’UDCO. Ma vision politique ainsi que ma rigueur de gestion et mon plan de restructuration et de modernisation du parti n’ont pas rencontré l’assentiment de certains hauts cadres ambitieux à la recherche des postes”, déplore-t-il.

Tout en présentant ses voeux de réussite à ceux qui sont restés, Jean-Claude Masangu souhaite que l’oeuvre de Banza Mukalayi Nsungu soit pérennisée.

Depuis un certain temps, l’UDCO traverse de sérieuses zones de turbulences. Le collège des fondateurs avait, il y a quelques jours, désavoué Jean-Claude Masangu alors président de l’UDCO. Ce que Masangu Mulongo avait qualifié de dissidence était composée de la plupart des élus du parti. Dernièrement, ils avaient même annoncé un Congrès du parti ayant pour objectif notamment de remplacer Jean-Claude Masangu à la tête de ce parti.