Dokolo a-t-il vraiment le soutien de l’Angola?

Le jeune homme d’affaires congolais n’a peut-être pas le soutien de son beau-père, Edouardo Dos Santos, qui souffle visiblement le chaud et le froid. 

Sindika Dokolo et Joseph Kabila n’iront pas en vacances ensemble. C’est connu, très connu même. Alors que l’homme d’affaires congolais s’est radicalisé au profit de l’opposition congolaise, appelant au départ du président Kabila et au respect de la Constitution, le Pouvoir du président congolais semble tout aussi lui envoyer du répondant.

Mercredi, à Kinshasa, un vieux procès de spoliation de biens privés s’est tout à coup soldé contre Sindika Dokolo et son frère, Luzolo Dokolo, condamnés respectivement à 12 mois de servitude pénale principale et au paiement des dommages et intérêts de Usd 15.000. La justice congolaise donne alors 24 heures à Sindika pour se présenter à Kinshasa.

Toutefois, en toile de fond, une lutte politique est désormais menée. L’Angola, puissance régionale, est alors courtisée. Gendre du président Edouardo Dos Santos, Sindika Dokolo s’est empressé de publier sur son compte Twitter, le même mercredi, une photo de lui, aux côté de João Lourenço, actuel ministre de la Défense et successeur désigné du président de l’Angola. « Échange fraternel avec le général João Lourenço, candidat du MPL à la présidentielle d’août. Une maîtrise profonde du dossier RDC« , lance-t-il en explication sur sa photo.

On peut visiblement croire que l’homme d’affaires ait un soutien du pouvoir angolais dans sa grande colère contre Kinshasa. En mai dernier, Luanda a plusieurs fois haussé le ton pour réclamer un « vrai dialogue » en RDC, allant jusqu’à demander une enquête internationale dans la crise au Kasaï, qui déverse sur son territoire, des milliers de réfugiés congolais.

Néanmoins, l’Angola entretient tout aussi un discours officiel qui laisse croire qu’elle soutient toujours Joseph Kabila. A l’image du communiqué du  Conseil des Ministres du Mécanise Tripartite comprenant le pays d’Edouardo Dos Santos, la République Démocratique du Congo et la République d’Afrique du Sud, qui  s’est tenue ce 13 juillet 2017 à Luanda.

Georges Chikoti, ministre des Affaires étrangères de l’Angola, Maité NKoana-Mashabane, ministre des Relations Internationales et Coopération de l’Afrique du Sud et Léonard She Okitundu, vice-premier ministre et ministre congolais des Affaires étrangères ont passé en revue la situation commune au trois pays, partenaires traditionnels. Dans un communiqué signé par les trois partenaires, l’Afrique du Sud et l’Angola disent noté l’amélioration « substantielle » de la situation en RDC. « Les Ministres ont salué l’évolution positive du processus électoral en RDC avec l’enrôlement sur les listes électorales de plus de 33 millions d’électeurs à ce jour par la Commission Electorale Nationale Indépendante et ont exprimé leur soutien aux institutions établies et au peuple de République Démocratique du Congo. »

Les deux pays ont également « salué le rôle pivot joué par les pays-membres du Mécanisme Tripartite dans cette amélioration notamment la République d’Angola dans le cadre de la Conférence Internationale sur la Région des Grands Lacs (CIRGL) et la République d’Afrique du Sud au sein de la Brigade d’Intervention en RDC. »

Par ailleurs, les deux pays s’insurgent également contre les sanctions occidentales infligées aux autorités congolaises, qu’ils qualifient « d’ingérences extracontinentales dans les affaires des Etats membres de l’Union Africaine. » Les trois pays  disent réaffirmer « le principe de souveraineté des Etats et de non-ingérence, appellent ces organisations à retirer ces sanctions, évitent de prendre pareilles mesures dans l’avenir et les prient à privilégier une approche de dialogue et de respect mutuel avec la RDC. »

Une sortie qui prend presque à contre-pied Sindika Dokolo qui a semblé se targuer de la proximité qu’il jouit avec le pouvoir en place en Angola, qui, au vu de la tournure des événements, avec notamment une nouvelle rencontre annoncée à Kinshasa dans les prochains jours, semble plus proche de Kinshasa que de l’opposition congolaise.

12 Commentaires

Cliquez-ici pour commenter

  • Pour s’éterniser au pouvoir le régime de Kinshasa semble semer la guerre et la désolation dans toute la partie de l’ouest de la RD Congo: une situation qui n’enchante ni securise l’Angola que ce soit celle de Dos Santos ou de son potentiel successeur. L’Angola joue donc un jeu politique bien malin. Sindika Dokolo à été donné le feu vert de l’Angola pour hausser la voix et dire à Kinshasa que ça bardera si elle dépasse la ligne rouge.

  • La diplomatie est toujours maquillée de la courtoisie et de la complaisance en vue d’approcher les points de vue des Etats conformément aux Accords et Traités signés.
    Le Pouvoir en est une autre formule de sauvegarder les intérêts des uns et des autres pour la sécurité et la paix des Etats.

  • Soutenu ou pas par l Angola, Sindika a droit comme tout congolais de lancé un cri d alarme contre la mal gouvernance du régime de kabila au Congo, mais n oublions pas que Dos Santos quitte pour bientôt le pouvoir et sera sûrement remplacé par Joao Laurenco qui a le soutien a 100% par Isabelle Dos Santos la femme de Sindika…

    • Bien dit. POLITICO.CD que pourtant nous respectons va tres vite en besogne, tirant de conclusions hatives.

      Qui nous dit que le planton de Kabila She Okitundu et ce ministre de Jacob Zuma (ce dernier par ailleurs partenaire de « qui vous savez » dans les vols de nos mines) n’aient pas fait pression sur leur collegue Angolais, avec « enveloppe pour lui faciliter la tache »?

      Bref, les apparences sont souvent trompeuses….

      De toutes manieres, les Congolais n’attendaient pas les Forces Angolaises pour deloger l’Imposteur de Kingakati. Ils le feront eux-memes comme au Burkina

  • Comme vous venez de toucher les points dont on ne touchent pas,et bem Kabila prépare toi car,au bout de 3 mois tu vas sentir et bien savoir que , tu n’ es pas un congolais!!.et fini c’est la fin du match.

  • Qui se sent morveux se mouche dit-on en Français Kabila et sa majorité présidentielle passe ce dernier temps des messages dans les journaux acquis au pouvoir qu’ils ont le soutiens de l’UA, des gouvernements Africains; qui veulent t-ils convaincre?
    La RDC est un pays libre et souverain et les Congolais aussi, les Congolais vont décider de l’avenir de leurs beau et cher pays sans considération aucune de l’avis ni de l’UA ni des gouvernements Africains qui soutiennent Kabila mais seulement de la constitution qui demande au Congolais de se prendre en charge dans l’article 64.

  • Les partisans du président Joseph Kabila ne doivent pas vite se frotter les mains et saluer ce communiqué comme victoire de Kinshasa et un désaveu de Sindika Dokolo. Le mal reste le mal, la situation en RDC est chaotique et à la limite de la démens. Tout homme sensé prendrait ses distances vis à vis de ce régime politique qui assassine allègrement sa propre population, qui pille à grande échelle et qui brille par l’absence d’un leadership au sommet. Au vu du potentiel naturel dont la RDC est dotée, toute l’Afrique devait bénéficier de retombées positives de ce grand paradis! Mais hélas! Les élites et la classe politique dirigeante sont dépourvu de tout sens d’idéal d’Etat. L’exercice du pouvoir politique est perçu comme un moyen d’enrichissement facile et une occasion d’embastiller toute velléité patriotique. L’Afrique du Sud qui est citée comme soutien politique est désavouée par la majorité du peuple sud africain qui ne se reconnaît plus dans ce régime en place. Jacob Zouma qui est d’un grand soutien à Joseph Kabila n’est pas un modèle de bonne gouvernance, de par les contestations au sein même de sa famille politique et le nombre de scandales qu’il traîne comme casserole! Si l’Angola avait commencé par retirer ses principaux conseillers militaires auprès du gouvernement congolais, ce que les deux capitales ne sont plus sur la même longueur d’ondes. Quand on devient infréquentable et peu recommandable, c’est normal que les amis d’hier et qui ont de la personnalité vous tournent le dos. Sindika Dokolo est majeur et de par son statut de congolais, il n’a pas besoin du soutien de son beau père pour défendre l’intérêt de son peuple. Bien au contraire, s’il avait été un jouisseur au même titre que la grande majorité de courtisans de la cour congolaise, son beau père pouvait bien le recommander à son voisin, et il serait aujourd’hui vice-président! Mais à quoi cela aurait il servi car le pouvoir politique congolais n’est pas un modèle de bonne gouvernance. Angola, pays sorti de la guerre, se construit au jour le jour. Mais l’ancienne Congo belge a perdu toute sa fierté et est devenue un repère de hors la loi et braconniers qui ne pensent qu’à l’enrichissement illicite. Kinshasa aurait souhaité que Sindika Dokolo se taise face au drame de son peuple? Non messieurs! Laissez Sindika Dokolo tranquille car il a choisi le camp du peuple congolais et mérite du respect.

    • Voila la replique qu’il fallait a POLITICO.CD, et aux bandes kabilistes se frottant les mains trop vite.

      Au compatriote Sindika Dokolo qui a une vision claire de l’avenir de son Pays, la RDC, sans le Voyou-Voleur et sa Mafia a son Sommet, nous disons que notre Peuple apprecie ton patriotisme et ta lutte pour l’avennement d’un vertiable Etat de Droit chez toi.

      Tenons bon, notre victoire sur ce MAL est certaine.

  • On espère s’en sortir dans une affaire immobilière en Rdc par un trafic d’influence en Angola. L’avenir nous dira si cela est possible.

    • Makutu Lidjo que sais tu? de quel avenir parle tu? l’avenir avec Kabila au pouvoir? pourquoi tu ne te réveil pas?
      l’avenir nous dira que Kabila est à la CPI et toi entrain de erré je ne sais ou en Afrique; la vérité est têtue tu sais! nombreux sont ceux qui croient qu’ils sont intouchables, invisibles mais ils seront surpris…