Pour Lambert Mende, l’accord du 31 décembre prévoyait un report des élections

Le ministre congolais de la Communication et des Médias s’est longuement expliqué sur le dossier du report des élections en République démocratique du Congo ce jeudi à Kinshasa.

Pour Lambert Mende, l’accord signé entre le Pouvoir et l’Opposition la nuit de la Saint-Sylvestre à Kinshasa, ne remplace nullement la Constitution du pays. De plus, celui-ci ne se substitue pas à la Commission électorale nationale indépendante (CENI), seul organe habilité à convoquer le corps électoral.

Certes, explique M. Mende,  les parties prenantes ont convenu de l’organisation des élections en une seule séquence présidentielle, législatives nationales et provinciales au plus tard en décembre 2017, mais, par souci de prudence et de réalisme, elles ont pris soin de préciser ce qui suit : « Toutefois, le Conseil National de Suivi de l’accord et du processus électoral, CNSA, le Gouvernement et la CENI peuvent unanimement apprécier le temps nécessaire pour le parachèvement desdites élections ». Pour lui, ceci “constitue une disposition spéciale dérogatoire au principe général fixant la date des scrutins au plus tard en décembre 2017.

Rien dans ce qui vient d’être énoncé ne confie à une autre instance que la CENI la compétence d’organiser les élections“, ajoute le ministre congolais dans son long discours.

Au sujet du Conseil national de Suivi de l’accord et du Processus électoral (CNSA), Lambert Mende reconnaît un “léger retard enregistré dans sa constitution” du fait, explique-t-il, du déplacement “impromptu à l’étranger du Président du Sénat qui avait reçu du Chef de l’Etat, mandat d’en finaliser le processus avec son collègue de l’Assemblée Nationale, le Gouvernement et la CENI ne peuvent qu’attendre la constitution dudit CNSA pour procéder à l’évaluation du temps nécessaire pour la tenue du scrutin.

Cela n’empêche pas la CENI qui dispose du monopole constitutionnel de l’organisation du processus électoral de faire état des difficultés et contraintes nécessitant la tenue de la tripartite sus-évoquée entre elle, le Gouvernement et le CNSA“, jusstifie-t-il, avant d’ajouter: “sans que la CENI n’ait constaté de difficultés à organiser les trois scrutins au plus tard en Décembre 2017, il ne serait pas possible d’envisager la tenue de ladite tripartite

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît,.

9 Commentaires

Cliquez-ici pour commenter

  • dommage pour nous le congolais rien de spéciale sortira dans ce Congo avec nos politicien pitié pour nous le congolais

  • Mende nous peuple congolais nous ne te prenons pas au serieux car tes mensonges vont au dela meme du diable .ta fin est proche. La generation future va beneficier de toi que des mensonges.

  • Un MENTEUR pathologique a la solde de l’Imposture.

    Qui peut prendre au serieux ce perroquet jadis porte-parlole de la bande Kagamiste RCD-Goma, et aujourd’hui se tremoussant aux pieds de l’imposteur neveu de James Kaberebe a Kingakati, ce afin de se rassasier la Mangeoire au detriment du Tresor.

  • hiiiiiiiiii! Mende yango elongi mabe boye? elengi te tata oyo!
    en tout cas basi ango ! oko kende kolinga elongi ya boye? kobetela to koloka? kasi soki abotisi yo mwana akozala ndenge nini?

  • M.mende,vous devez savoir bien que, le peuple congolais n’a plus besoin de tes long discours attant seulement tes résultat concernant tout ce que t’as semer pour le peuple congolais,espèce d’ un stérile au cube


Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :