Le nouveau gouvernement pas avant mars 2017?

Selon la CENCO, la Majorité Présidentielle proposerait que le nouveau gouvernement de transition issu de l’accord du 31 décembre soit mis en place à la prochaine session parlementaire ordinaire, soit à partir du 15 mars 2017.

Les discussions se poursuivent en République démocratique du Congo pour la mise en application du nouvel accord signé entre la majorité au pouvoir et les opposants congolais le 31 décembre dernier. Il prévoit notamment la mise en place d’un Comité de suivi et un gouvernement de transition pour organiser les élections en décembre 2017.

Selon la journaliste Sonia Rolley, correspondante de Radio France Internationale à Kinshasa, la Majorité Présidentielle aurait proposé, dans ces discussions toujours sous l’égide de la CENCO et dans le cadre de “l’arrangement particulier” prévu dans cet accord du 31 décembre, que le Comité de suivi, qui sera vraisemblablement dirigé par l’opposant Étienne Tshisekedi, puisse être mis en place “d’ici la fin du mois” en cours, alors que le prochain gouvernement de transition, “à la prochaine session parlementaire ordinaire“.

Le parlement qui est en session extraordinaire depuis décembre dernier ne peut reprendre qu’en mars 2017, soit exactement le 15. Une nouvelle qui laisse présager du retard dans l’application de l’accord, alors qu’une partie des acteurs politiques, notamment l’actuel Premier ministre Samy Badibanga, les opposants et ministres José Makila, Azarias Ruberwa et Jean-Lucien Busa refusent toujours d’y adhérer.

Toutefois, la session parlementaire extraordinaire actuelle, qui a permis la mise en place du gouvernement Badibanga dans le cadre de l’accord de la Cité de l’Union Africaine,  se clôture le 17 janvier prochain, mais il est légalement possible d’en convoquer une deuxième.

Pour Delly Sessanga, membre du Rassemblement, la convocation de la deuxième session extraordinaire “est plus qu’urgente“. D’après lui, “il y a une jurisprudence enregistrée le jour de l’adoption de la loi électorale où les élus du peuple étaient invités à voter la loi malgré qu’ils avaient déjà convoqué une session extraordinaire“.

Une session extraordinaire peut de ce fait convoquée plus d’une fois dans une seule vacance parlementaire quand il s’agit des questions urgentes de la nation. Aucune loi interdit aux députés de se réunir en cette circonstance, ni le règlement intérieur et voir la constitution.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît,.

7 Commentaires

Cliquez-ici pour commenter

  • IL N’Y A PAS LA VOLONTÉ POLITIQUE .
    MALGRÉ LA DURÉE DE LA NUIT LE SOLEIL APPARAÎTRA…CEUX QUI REFUSENT DE SIGNER POUR DES RAISONS D’INTÉRÊTS PERSONNELS DIEU LES REGARDE…OPPOSITION COMME MAJORITÉ ARRENTAIENT DE NOUS PRENDRE EN OTAGE.SUIVEZ L’EXEMPLE DE JOSEPH KABILA QUI ,AU NOM DE LA PAIX A TOUT LÂCHÉ. SI NON LA JUSTICE CÉLESTE EST PLUS FRAPPANT….

  • cette prétendue MP est lamentable. Elle nous a amenés à cet imbroglio en refusant d’organiser des élections avant la fin du mandat de kabila le 19 décembre 2016. Et voilà que cette même MP remet ça !!! Vous voulez que ce pays brûle avec vous ? Si c’est ça , alors nous, PEUPLE CONGOLAIS, vous lançons un dernier ultimatum LE 17 JANVIER 2017 pour que le NOUVEAU GOUVERNEMENT D’UNION NATIONAL VOIT LE JOUR ( À LA DATE DE LA COMMÉMORATION DE LA MORT DE PATRICE LUMUMBA ).

  • Ne faites jamais cette erreur pck les gens de la majorite cherchent a c que vous commettez cette faute grave. Ils sont mojoritaire ils vont refuser de sieger.ils ne respectent jamais la loi. Vraiment tout avant le15/01 terminez ce probleme?

  • ils ont vraiment du culot ces gens de la majorité,ils ont toujours des stratagèmes ridicules pour traîner les choses en longueur à leurs avantage,sachez une chose messieurs de la majorité, la population n,est vraiment pas dupe, vous êtes tous identifiés,au moment opportun vous n’aurez droit à rien politiquement au congo,le congolais d’hier n’est pas celui d,aujourd’hui, celui d’hier avait pardonné aux mobutistes,ils vivaient en exil ca et là sans que personne ne les tracassent pour tout le mal qu’ils ont fait au pays , ils sont même retournés aux affaires et ont recommencé à faire les mêmes pratiques avec kabila(mende,atundu,kengo,tambwe mwamba,etc…),cette fois ci sachez qu’il n’ y aura pas de pardon, vous aurrez à payer ca c’est certain, qui aurait penser un jour que les congolais de la diaspora allaient laisser tomber la distraction de la musique?que des jeune gens de partout au congo allaient dire non à l’arbitraire du pouvoir en place?encore une fois ,vous allez perdre le pouvoir et tr`s certainement on vous faira payer tous vos forfaits,pour le moment on prend bien note…

    • Les soit disant elus du peuple se mettent aussi a combatre le peuple qui les a elus , et attendent qu’on puisse encore les elir aux prochainnes elections ?

      • Finalement, les politiciens congolais parlent au nom de quel peuple. Ou tous au nom de leur poche. Mieux serai qu’on nous vendent aux occidentaux qui pourrons nous gerer au lieu de nous souffrir physiquement , moralement …. jusqu’a ce niveau. Comme ce la les politiens aussi verrons le poids

        • La vitesse avec laquelle on veut appliquer l’accord du 31 décembre cache quelque chose qui n’est pas la satisfaction de l’intérêt général. Comment comprendre que tout est réduit au partage des postes gouvernementales et ceux créés en violation de la Constitution. Si le peuple était critique, ces politiciens allaient abandonner la politique pour se concentrer sur autre chose. c’est de la démagogie pure et simple….


Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :