Beni: Un centre d’étude remet en cause le rapport du groupe d’experts de l’ONU

Dans une déclaration rendu publique ce lundi, le centre d’étude pour la promotion de la paix et des droits humains, Cepadho, une ONG documentant les exactions contre les droits humains dans l’est de la République Démocratique du Congo remet en question certains éléments du rapport à mi-parcours du groupe d’experts de l’ONU sur la RDC.

Dans ce document, l’organisation non gouvernementale a salué l’évolution Da’s l’analyse des faits par l’équipe du groupe d’experts et la diversification de sources.

Par contre, le CEPADHO déplore le fait qu’en dépit de toutes les évidences dont il dispose en ces jours, le groupe d’experts n’a pas qualifié les rebelles de l’Allied Democratic Forces, ADF, de terroriste. Ce centre d’étude fustige ce manque de qualification de cette rébellion qui peut impacter réellement sur la traque de ce groupe armé s’il est considéré sans son qualificatif djihadiste.

Le communiqué portant la signature d’Omar Kavotha, coordonnateur de cet ONG note avec stupéfaction le non retrait des imputations faites contre le commandant de la 31è Brigade des Forces Armées de la RDC, présenté par le passé dans l’un des rapports du groupe d’experts de l’ONU comme étant l’officier ayant recruté, financé ou armé les ADF aux fins de perpétuer les massacres des civils à Beni.

Le Cepadho note son regret quant silence du rapport de ce groupe d’experts sur la problématique des ex rebelles du mouvement du 23 Mars hébergés jusqu’à présent par l’Ouganda et le Rwanda, en violation de l’Accord-Cadre ou des ultimatums de la Communauté Internationale des États de la sous-région de Grands-Lacs et de la communauté des États de l’Afrique Australe.

Quant aux recommandations adressées au gouvernement Congolais et aux États de la Région par le groupe d’experts, le Cepadho approuve la pertinence de celles-ci tout en mentionnant que le groupe d’experts aurait pu aussi rappeler au conseil de sécurité de l’ONU la nécessité de renforcer ou de reconfigurer la Brigade d’Intervention de la Mission de l’ONU pour la stabilisation de la RDC, MONUSCO, afin qu’aux côtés des Forces Armées de la RDC elle réponde efficacement aux défis du moment dont les plus prioritaires restent les menaces terroristes, les groupes armés, la protection des civils,…

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît,.

3 Commentaires

Cliquez-ici pour commenter

  • En quoi est-ce que cette machine à sou de Kavota est un centre d’études ? Les gens ne sont pas dupes.
    On sait que c’est une structure pour bouffer quelques miettes qui tombent de la table de Madame Olive Lembe.

  • VALENTIN Mubake conviendrait bien a ce poste meme s’il est extremiste et brutal, C’est le genre de personnes qu’il faudra opposer au camp d’en face.

    • Acceptons que l opposition comme tel ne pas prise en consideration par la tyranie qui veut tout occupé pour instaurer le genocide que nous avalons amerement à l’est du pays en voulant eux placé le leur à la primature


Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :