Des condamnés en liberté, des saisis volés… l’incroyable affaire des minerais dans l’ex-Katanga

L'affaire de 22 camions chargés de minerais  saisis à Kasumbalesa en janvier 2016, que rappelle la Radio France Internationale ce mercredi, connaît une tournure inquiétante. 

En Janvier 2016, 22 camions, qui transportaient des minerais bruts, ont été interceptés à la frontière avec la Zambie. En provenance de la province du Lualaba (ex-Katanga), la cargaison était couverte par des documents officiels délivrés par les services des mines. Mais, avant de passer de l’autre côté de la frontière, un agent trop curieux découvre que c’est du minerai brut qui allait être exporté. Ce qui est interdit par la loi.

A ce jour, explique la RFI, les témoins ont peur, l’affaire s’enlise, le minerai saisi a été volé. « Et certaines personnes parmi celles qui avaient été impliquées dans cette affaire sont libres. Bien que reconnus coupables et condamnés, ces gens parmi lesquels se trouvent des membres des services de sécurité n’ont pas eu à purger la totalité de leurs peines« , révèle la radio française dans un article publié sur son site web.

Au centre d’expertise des matières précieuses, à Kinshasa, on se plaint du manque à gagner : la vente aux enchères des produits saisis n’a pas encore eu lieu que des sources dénoncent le vol au jour le jour du minerai consigné dans les installations de la Gécamines à Lubumbashi. Et les agents à la frontière qui avaient dénoncé la fraude estiment que leur vie est désormais en danger et aucune prime ne leur a été allouée.

Contacté au téléphone, Pascal Nyembo, responsable du centre d’expertise des matières précieuses, a annoncé l’envoi imminent sur place d’une équipe pour s’enquérir de cette situation qui, selon lui, fait perdre à l’Etat congolais d’importantes sommes d’argent et risque de démobiliser les agents consciencieux.

La lutte contre la fraude douanière est toujours d’actualité, en République démocratique du Congo, alors que dans un rapport présenté au Conseil de sécurité, des experts de l’ONU ont déclaré que «l’or reste de loin le minéral le plus utilisé pour financer des éléments armés et des réseaux criminels» au pays. Ce groupe d’experts de l’ONU exhorte le gouvernement congolais à enquêter sur les officiers de l’armée impliqués dans le trafic d’or et sur une société minière présumée appartenant à des ressortissants chinois.

Avec RFI.

Commenter

Cliquez-ici pour commenter


Cliquez-ici pour la télécharger